Quel examen faut-il pour conduire une voiture sans permis ?

Publié le : 18 janvier 20247 mins de lecture

Conduire une voiture est un rite de passage vers l’autonomie pour de nombreux jeunes et un besoin essentiel pour de nombreux adultes. Toutefois, en raison de diverses circonstances, il se peut que certains individus choisissent ou soient contraints de se tourner vers une voiture sans permis. Devenues de plus en plus populaires en France, ces voitures sans nécessitent une compréhension claire des règlementations en vigueur.

Dans cet article, nous allons explorer en détail les exigences liées à la conduite de ce type de véhicule et notamment quel examen est faut pour pouvoir les conduire légalement.

Comprendre la catégorie des voitures sans permis

Avant de plonger dans les détails de l’examen requis, il est essentiel de définir ce qu’est une voiture sans permis. Ces véhicules, aussi appelés VSP (Véhicules Sans Permis) ou voiturettes, appartiennent à la catégorie des quadricycles à moteur légers. Elles ont la particularité de pouvoir être conduites sans le permis de conduire traditionnel catégorie B. Ces petites autos sont appréciées pour leur facilité de conduite et leur accessibilité, mais aussi pour les réglementations moins strictes qui les entourent.

Caractéristiques techniques des VSP

  • Poids à vide n’excédant pas 350 kg (hors batterie pour les véhicules électriques)
  • Cylindrée limitée à 50 cm³ pour les moteurs thermiques
  • Puissance maximale de 4 kW pour les moteurs électriques
  • Vitesse maximale ne dépassant pas 45 km/h

L’examen pour conduire une voiture sans permis

Pour conduire voiture sans permis, il est nécessaire d’obtenir un BSR (Brevet de Sécurité Routière), devenu le permis AM depuis janvier 2013. Ce permis pour les VSP est obligatoire pour les personnes nées après le 1er janvier 1988 et qui souhaitent conduire voiturette.

Les conditions pour passer le permis AM

  • Avoir au moins 14 ans
  • Suivre une formation théorique et pratique au sein d’une auto-école ou d’une association agréée
  • Obtenir l’attestation scolaire de sécurité routière de premier ou second niveau (ASSR 1 ou 2) ou l’attestation de sécurité routière (ASR) pour les personnes non scolarisées

La formation pour le permis AM comprend 8 heures de cours, dont 7 heures de pratique et 1 heure de théorie. Après cette formation, aucune épreuve théorique, souvent appelée « le code de la route« , n’est requise. Toutefois, le candidat doit avoir été sensibilisé aux règles de sécurité routière via les attestations mentionnées ci-dessus.

Les démarches administratives et assurances

Une fois la catégorie de permis pour les VSP obtenue, le conducteur doit effectuer quelques démarches administratives avant de pouvoir circuler librement. Il doit notamment immatriculer son véhicule et souscrire à une assurance spécifique.

Immatriculation et assurance

  • Demander une carte grise pour le VSP, même s’il s’agit d’une voiture sans permis
  • Souscrire à une assurance obligatoire, Ornikar Assurance propose par exemple des offres adaptées aux voitures sans permis

La voiture sans doit également être soumise à un contrôle technique périodique, à l’instar des autres véhicules motorisés. Cependant, la fréquence de ce contrôle est spécifique aux VSP.

Les limites de la conduite avec un permis AM

Bien que le permis AM offre la possibilité de conduire voiture sans permis traditionnel, il comporte certaines restrictions.

Restrictions du permis AM

  • Interdiction de circuler sur les autoroutes et les voies rapides
  • Limitation à la conduite en France métropolitaine (des restrictions peuvent s’appliquer en dehors)
  • Une seule place passager autorisée, en plus du conducteur

Il est donc important de prendre en compte ces limitations avant de choisir de conduire un VSP, car elles peuvent affecter la mobilité et l’usage du véhicule au quotidien.

L’apprentissage du Code de la route pour les conducteurs de VSP

Bien que l’examen du code de la route ne soit pas une exigence pour conduire une voiture sans permis, une bonne connaissance des règles de conduite et de sécurité est essentielle. Des plateformes comme Ornikar offrent des cours en ligne pour apprendre le code de la route et sont une ressource précieuse pour ceux qui souhaitent conduire en toute sécurité.

Les avantages d’une bonne connaissance du code de la route

  • Une meilleure compréhension des règles et signalisations
  • Une conduite plus sûre pour soi-même et pour les autres usagers
  • Une préparation pour passer éventuellement le permis de catégorie B à l’avenir

Investir dans l’apprentissage du code de la route est donc une décision judicieuse pour tout potentiel conducteur de véhicules sans permis.

Perspectives et évolutions dans la réglementation des voitures sans permis

La législation entourant les voitures sans permis pourrait évoluer pour s’adapter aux nouvelles réalités de la mobilité urbaine et aux avancées technologiques des véhicules. Des débats sont en cours pour éventuellement revoir les limites de vitesse, les conditions d’âge, et les règles d’assurance pour ces voitures sans.

Pistes d’évolution pour les VSP

  • Reconsidération de la limite de vitesse en fonction des progrès technologiques
  • Adaptation des conditions d’âge pour élargir l’accès à la mobilité
  • Intégration de nouvelles technologies de sécurité et d’assistance à la conduite

L’évolution de la réglementation pourrait ainsi ouvrir de nouvelles perspectives pour les conducteurs de VSP et potentiellement modifier les conditions liées à l’examen nécessaire pour les conduire voiturette.

Quel examen avoir pour conduire une voiture sans permis ?

En résumé, pour conduire une voiture sans permis, il est nécessaire d’obtenir le permis AM suite à une formation spécifique. Bien qu’aucun examen du code de la route ne soit requis, une bonne connaissance des règles est vivement conseillée pour une conduite sécuritaire. Les démarches administratives et d’assurance sont également des étapes incontournables avant de prendre le volant. Enfin, il est important de rester informé sur les évolutions législatives qui pourraient affecter les conditions de conduite et les formations requises pour ces véhicules à l’avenir.

Plan du site